Nettoyage de désinfection Covid-19 : prévenir les risques chimiques

Lors du nettoyage des surfaces en entreprise, des incidents voire même des accidents peuvent survenir par de mauvaises manipulations ou associations de produits chimiques.

Nettoyer pour supprimer le virus des surfaces contaminées

Les coronavirus survivent quelques heures sur des surfaces inertes sèches et jusqu’à 6 jours en milieu humide. Ainsi la transmission par des mains sales portées au visage est possible.

Pour limiter le risque de contact avec des surfaces contaminées, en plus du nettoyage habituel des locaux, un nettoyage plus fréquent des surfaces en contact avec les mains est préconisé (espaces de convivialité, rampes d’escalier, poignées de portes, boutons d’ascenseurs…).

Les produits de nettoyages habituels peuvent convenir puisque le SARS-CoV-2 est entouré d'une enveloppe de lipides facilement dégradés par les tensioactifs contenus dans les savons, les dégraissants, les détergents et les détachants.

Dans le cadre de bureaux partagés, des lingettes ménagères ou des produits compatibles avec les surfaces nettoyées peuvent être mis à disposition des utilisateurs pour le nettoyage des claviers, souris, téléphones, terminaux… avant et/ou après la prise de poste.

Pour cela, il faut s’assurer :

  • de l’approvisionnement en quantité suffisante de fournitures (sacs plastiques, produits de nettoyage…),
  • du ramassage régulier des poubelles.

Pour ne pas remettre le virus en suspension dans l’air, il faut éviter :

  • la pulvérisation de produit directement sur les surfaces,
  • l’aspiration des sols, sauf si aucune autre technique n’est possible.

Suggestions :

  • réserver des poubelles pour les déchets souillés, EPI…,
  • ne pas transvaser le contenu d’une poubelle d’un contenant à un autre, éliminer le sac usagé,
  • ne pas utiliser un aspirateur, s’il n’est pas muni d’un filtre ultra haute efficacité (HEPA), afin d’éviter de projeter en suspension le virus beaucoup plus loin.

Désinfecter si un salarié contaminé par le Covid a travaillé dans un local

Le coronavirus SARS-CoV-2 est un virus fragile et sensible aux tensioactifs présents dans tous les produits de nettoyage (savons, dégraissants, détergents et détachants). Il peut persister quelques heures sur les surfaces sèches et quelques jours, jusqu’à 6 jours, notamment, sur des surfaces humides.

En cas de survenue d’un cas Covid-19 sur le lieu de travail, aérer la pièce quand c’est possible. Il est préférable d’attendre un délai de plusieurs heures avant de nettoyer les surfaces du poste occupé par le salarié malade (bureau, matériel informatique, téléphone, poignées de porte…).

Utiliser pour cela des lingettes imbibées du produit de nettoyage habituel, en portant des gants de ménage. Laver ensuite les gants à l’eau et au savon, puis se laver les mains dès le retrait des gants.
Les déchets produits par la personne contaminée suivent la filière d’élimination classique.

La désinfection s’effectue après le nettoyage du local. Elle n’est pas utile si le local est resté inoccupé pendant plus de 6 jours.

Si on souhaite désinfecter malgré tout, il faut utiliser un produit commercial qui répond à la norme virucide NF EN 14 476, ou bien de l’eau de javel, virucide à teneur en chlore à 0,1% de chlore actif.

En cas de survenue d’un cas Covid-19 sur le lieu de travail

Aérer le lieu de travail quand c’est possible.

Il est préférable d’attendre un délai de plusieurs heures avant de nettoyer les surfaces du poste occupé par le salarié malade (bureau, matériel informatique, téléphone, poignées de porte…).

Utiliser pour cela des lingettes imbibées du produit de nettoyage habituel, en portant des gants de ménage.

Laver ensuite les gants à l’eau et au savon, puis se laver les mains dès le retrait des gants.

Les déchets produits par la personne contaminée suivent la filière d’élimination classique.

La désinfection s’effectue après le nettoyage du lieu de travail. Elle n’est pas utile si ce lieu est resté inoccupé pendant plus de 6 jours.

Si on souhaite désinfecter malgré tout, il faut utiliser un produit commercial qui répond à la norme virucide NF EN 14 476, ou bien de l’eau de javel, virucide à teneur en chlore à 0,1% de chlore actif.

Les risques chimiques liés à l’utilisation des produits

Tout un chacun est entouré de produits chimiques, cette liste non-exhaustive va vous en convaincre.

liste_produits_chimiques.jpg

Les risques liés à l’utilisation de générateurs d’ozone

La Carsat Normandie souhaite alerter le monde professionnel sur les risques liés à l’utilisation de procédés de désinfection à l’ozone. En effet, dans le contexte sanitaire actuel, nous pouvons constater une multiplication des offres mettant en avant cette technologie pour désinfecter des locaux, équipements, intérieur des véhicules, caddies…
En savoir plus

Nettoyage des surfaces : un risque sous-estimé

L’inhalation est le mode d’exposition professionnelle le plus fréquent. Vient ensuite la voie cutanée : les effets sont alors soit locaux (irritation, brûlure, nécrose…) soit généraux.

Le mode d’exposition par ingestion est également très important pour certains produits (poudres, métaux) en milieu professionnel soit du fait de l’ingestion par déglutition de substances préalablement inhalées (en avalant sa salive), soit du fait de problèmes d’hygiène (mains sales). L’ingestion peut également être accidentelle (déconditionnement des mélanges utilisés par exemple).

Rappelons, également, que les produits inflammables, combustibles ou instables peuvent être à l’origine d’incendies et d’explosions d’importance et de gravité variables.

Signalons que, en cas d’exposition à un produit chimique même sur une brève durée, il peut y avoir accident et intoxication aiguë allant de la brûlure, l’irritation de la peau, les démangeaisons, la convulsion, l’état d’ébriété, la perte de connaissance, le coma, à l’arrêt respiratoire pouvant entraîner la mort…

Consultez le dépliant "la main et les produits chimiques" - ED 888 - INRS

Reconditionnement, attention !

C’est arrivé… « Un agent de nettoyage, faisant son travail dans un atelier d'ajustage, a soif. Voyant en évidence sur un établi une bouteille contenant un liquide rose et croyant que c’est du sirop de fraise (ne sachant pas bien lire le français), la victime en boit une certaine quantité avant de s'apercevoir qu'il s'agissait en fait d'un acide. Elle en vomit une partie.

Les pompiers appelés perdent un temps précieux à identifier le produit : avec très peu d’odeur et mis dans une bouteille alimentaire, l'étiquetage apposé ne comporte pas en effet de symbole de danger et est très peu lisible. Une fois le produit connu (de l’acide sélénieux utilisé par les mécaniciens pour oxyder différentes pièces métalliques), la victime peut être secourue : elle a des brûlures de l'appareil digestif. » Etiquetage non conforme avec reconditionnement - Exemple issu de la base EPICEA - base de données nationale et anonyme rassemblant plus de 19 000 cas d'accidents du travail survenus, depuis 1990.

Bonnes pratiques :
Laisser le produit dans son récipient d’origine étiqueté ou transvaser dans un emballage propre, avec la copie de l’étiquette ;
S’assurer que le marquage ne va pas s’effacer.

Mélanger = danger

C’est arrivé, aussi, … « Un agent de maintenance effectue le nettoyage d’une salle. Pour enlever des traces de ciment sur le sol, la victime verse de l'acide chlorhydrique dans un seau ayant contenu de l'eau de Javel. Le mélange des deux produits provoque une réaction chimique avec un dégagement de vapeurs irritantes, ce qui occasionne une affection respiratoire avec hospitalisation de la victime. » Nettoyage ou entretien ? Ne mélangeons pas les 2 ! - Exemple issu de la base EPICEA.

 

PRINCIPAUX MÉLANGES A PROSCRIRE

Pour désinfecter, vous utilisez de l’eau de javel (ou hypochlorite de sodium) : consultez la fiche toxicologique INRS - FT 157

liste_produits_dangereux.jpg

Pour en savoir plus, consultez la brochure "les réactions chimiques dangereuses" – ED 697 – INRS

 

Que penser de l’utilisation d’huiles essentielles en nettoyage et désinfection ?

De nombreuses huiles sont utilisées pour leurs qualités odorantes, désinfectantes (ravintsara, citron, tee tree, cannelle de chine, eucalyptus, niaouli, thym, romarin cinéole, pin, menthe, girofle…)

Il faut rappeler que les huiles essentielles sont des produits chimiques à part entière, très concentrées, et doivent donc être considérées comme dangereuses !

Elles sont particulièrement allergisantes et irritantes, à doser avec précaution pour éviter tout surdosage. Ne pas utiliser pures !

A elles, seules, elles ne répondent pas aux caractéristiques virucides souhaitées pour éliminer les coronavirus. Il faut donc leur préférer un nettoyant à base de tensioactifs et les réserver pour des nettoyages légers.

Travail et produits chimiques

Préparer le travail :

  • Limiter au maximum les contacts avec les produits.
  • Identifier les produits chimiques utilisés en lisant bien les étiquettes et en respectant les prescriptions particulières d’utilisation.
  • Parmi les produits disponibles au poste de travail, privilégier le produit le moins dangereux à efficacité comparable.
  • Respecter les règles d’hygiène (vêtement de travail, lavage des mains…).
  • Vérifier la disponibilité des moyens de secours.

Manipulation des produits chimiques :

  • Manipuler toujours les produits chimiques avec précaution.
  • Respecter les modes opératoires, les instructions, les notices de poste…
  • Si un produit chimique est transvasé dans un autre récipient, celui-ci doit être étiqueté.
  • Ne jamais mélanger deux produits si ce n’est pas prévu car certains sont incompatibles entre eux (ex. du tableau précédent).
  • Respecter les mesures de protection collective (captage, ventilation, accès aux zones délimitées…).
  • Porter les équipements de protection individuelle requis (gants, masques, combinaisons…) : ils doivent être à votre taille, fournis gratuitement, en principe à usage personnel, adaptés au risque, en bon état et entretenus.
  • Signaler les problèmes et les difficultés rencontrés, les dépannages à effectuer.
  • Nettoyer si besoin votre poste de travail. Ne laisser pas traîner le matériel, les produits, les chiffons imprégnés…
  • Ne pas boire, ne pas manger, ne pas fumer et ne pas vapoter en manipulant des produits chimiques.
  • Se laver les mains avant de quitter le poste de travail.
  • Ne pas ramener à son domicile ses vêtements de travail souillés ; les changer et les faire nettoyer régulièrement selon les procédures prévues par l’entreprise.

Stockage et élimination :

  • Éviter l’encombrement du poste de travail.
  • Ranger les produits et respecter les conditions de stockage fixées par l’entreprise. Ne jamais placer côte à côte deux produits qui ne sont pas compatibles.
  • Manipuler les déchets dangereux comme tout produit dangereux : ils doivent être triés en fonction de leurs dangers et de leur méthode de traitement puis éliminés selon les procédures prévues.

Téléchargez la brochure "Travailler avec des produits chimiques. Pensez prévention des risques" – ED 6150 – INRS

  • facebook
  • twitter
  • linkedin
  • email